• Pensées pour Black, Martyr de Ponthoile

     

     

     

     Voici un poème reçu sur mon blog, je tenais à vous le partager, pour tous ceux qui ont une p'tite pensée pour BlacK.

     

     

    loupseintelie

    J'ai suivi de près cette triste affaire & ai écris un poème ainsi qu'une chanson pour ce pauvre Black.Je vous livre ici le poème que je signe sous mon nom de plume HCLN.

     

    BLACK  le  MARTYR

     

    C’était un beau chien de chasse

    Qu’une haine féroce pourchasse.
    Plutôt que de s’en démettre,
    Parce qu’il n’a pas de nez,
    Par son ignoble maître
    Se trouve emprisonné.
     
    Pas un jour de bonheur,
    Avec ce nouveau maître,
    Mais rien que du malheur.
    Que pensent ses ancêtres ?
     
    Comme il n’avait pas de flair,
    Se transforme en tortionnaire.
    Dès lors pour le punir,
    L’encage sans avenir
    Dans ce sombre appentis,
    Trop petit cagibi.
     
    Il restera trois ans
    Enfermé là-dedans.
    Une fente dans une lucarne
    Laisse passer quelques déchets,
    Nourriture : mauvaise carne.
    De quoi, juste, subsister.
     
    Quelle terrible torture
    Que vivre dans les ordures,
    Les odeurs pestilentielles.
    « J’aperçois un coin de ciel »
     
    Massacré par un être infâme,
    Torturé par un être sans âme.
    « Ai-je donc fais quelque chose de mal,
    Moi, qui ne suis qu’un animal ? »
     
    « J’aimerais voir la Nature
    Je voudrais voir la verdure ! »
    « Oh ! Mon maître, laisse-moi sortir,
    Oh ! Mon maître, fais-moi courir ! »
    « M’fais pas mourir,
    Laisse-moi partir »
      
    Quelle incroyable souffrance,
    Que, de soif, mourir,
    Se sentir pourrir
    En ce joli coin de France.
     
    Tant de cruelle rancœur
    Emane de l’être sans cœur.
    N’a connu que trahison
    Commis par l’humain félon.
     
    Et pour son malheur,
    Comme les gens ont peur,
    Dix longs jours d’agonie
    Avant que cesse la vie.
     
    Pas besoin d’être un croyant
    Pour se cacher sous une toile :
    Demandez à l’habitant
    Du p’tit village de Ponthoile.
     
    Il hurle son désespoir :
    Longtemps crie dans le noir.
    Sans amour, point d’espoir,
    Sa vie : au laminoir.
     
    Gêné par tant de bruit :
    « Il braille toutes les nuits »
    Le riverain ulcéré
    Va, enfin, téléphoner.
    Appelle la gendarmerie,
    Ameute la cavalerie.
     
    Elles arrivent au petit matin …
    Mais c’est trop tard pour le mâtin.
     
    C’était un beau Braque,
    Qui s’appelait Black.
    C’était un pauvre martyr
    Qui ne voulait pas périr.
     
    Là-haut, il est une nouvelle étoile.
    Que jamais l’oubli ne jette son voile.
     
     
    Henri Cossini Le Niétrec


    4 commentaires
  •  Article et photos de Christine

    Ils nous ont quittés

    Ils nous ont quittés

    article du 14/02/2010 de Christine

    Chien d'ombre dans la nuit


    J'entends marcher dehors. Tout est clos. Il est tard.
    Ma lampe seule veille.
    Pas de vent. Nul oiseau. Qui passe dans le noir.
    A pattes de soleil?

    C' est un chien d'autrefois parti pour l'au-delà
    Comme on va à la chasse 
    Et qui revient parfois vérifier s'il a
    Toujours ici sa place.

    En silence il m'appelle, en l'ombre il me regarde.
    Avec ses yeux d'ailleurs,
    Puis je l'entends courir sur son aire de garde,
    J'entends battre son coeur.

    Il rode doucement pour n'éveiller personne,
    Du portail au vieux puits
    Et l'effraie le salue de son long cri qui sonne,
    En l'air pur de la nuit.

    Tendre ami disparu dont l'absence me blesse,
    Est-ce toi ? est-ce toi ?
    Boiras-tu quelque nuit l'eau fraîche que je verse
    Dans ta jarre là-bas ?

    Mais rien ne me répond. Le rond de la caresse
    Réintègre mes doigts.
    Est-ce mon âme aussi qui tire sur sa laisse,
    Mon chien de l'au-delà ?  _____________________________________________________

    Nous avons chargé notre fidèle gardienne de relater, elle-même ici, les souvenirs doux ou tristes, mais toujours émouvants de la vie qu'elle partage avec les animaux, nuit et jour, à longueur d'année, pour leur donner un semblant de foyer, et leur assurer jusqu'à leur fin, parfois après plusieurs années au refuge l'affection, la présence d'un semblant de foyer.

     

    IGOR         : le 7mai 09.
                                      
    CHIPPIE    : le 25 mai 09.

    au mois de juillet :        OCEANE     : le 06 juillet 09.
                                       LASCO       : le 15  juillet 09.

    au mois de septembre : ANTHENA  : le 04 septembre 09.

    au mois d'octobre :       ITI            : le 05 octobre 09. 
                                       ARTHUR    : le 30 octobre 09.
                                       CANELLE   : le 30 octobre 09.

    au mois de novembre :    BIBI         : le 06 novembre 09.
                                        VICKY      ; le 23 novembre 09.

    au mois de décembre :    GOLIATH : le 09 décembre 09.
                                        PUPUCE    : le 20 décembre 09. 
      ANNEE 2010.  au mois de janvier :        FANNY          : le 24 janvier 10.

     

     

    au mois de février :       DIANE           : le 14 février 10.

     

     

     

    au mois de mars :           NAC               : le 29 mars 10.

     

     

     

    au mois de mai :             LISA              : le 02 mai 10.

     

                                        FRIMOUSSE  : le 06 mai 10. 

    IGOR le 7 mai 09. 
             Il y avait plus de 9 ans que Igor était au refuge. Quand il est arrivé il avait un problème à l'oeil, il a été opéré d'un glaucome. Depuis 2 ans Igor était devenu aveugle. Il arrivait à se débrouiller seul, il entrait et sortait, depuis le temps qu'il était là il connaissait bien les moindres recoins, il trouvait facilement son panier. Mais depuis l'automne dernier Igor arrivait à sortir il faisait son tour, mais il abboyait en bas des marches pour qu'on aille le chercher, et qu'on le porte dans son panier.
         Ils ont souvent des madeleines et quand on en ouvrait un paquet, Igor s'asseyait dans son panier et attendait, il avait reconnu le bruit de l'emballage. Il savait qu'on allait pas l'oublier.
         Quand le soleil chauffe trop fort il m'arrive d'aller voir si Igor est à l'ombre. Ce matin encore j'avais préparé sa gamelle et m'en allais lui porter dans son panier. Depuis le temps qu'il était avec nous, il laisse un grand vide.

    Ils nous ont quittés  Ils nous ont quittésIls nous ont quittés Ils nous ont quittés

    Ils nous ont quittés Ils nous ont quittés

    Ils nous ont quittés Ils nous ont quittés

    Ils nous ont quittés Ils nous ont quittés

    Ils nous ont quittés Ils nous ont quittés

    Ils nous ont quittés Ils nous ont quittés

    Ils nous ont quittés Ils nous ont quittés



     

    http://ekladata.com/refuge-spa-buigny-saint-maclou.eklablog.com/mod_article58326563_508d03b946761.jpg http://ekladata.com/refuge-spa-buigny-saint-maclou.eklablog.com/mod_article58326563_508d03e0aabb6.jpg


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique